Aspects réglementaires et juridiques des fusions et acquisitions

gros plan d'hommes d'affaires en réunion, se serrant la main, fusions et acquisitions

Les données récentes du recensement montrent qu’il y a environ 32,6 millions d’entreprises aux États-Unis. Il est fort probable que vous deviez vous familiariser avec le droit des fusions et acquisitions au fur et à mesure de la croissance et de l’évolution de votre entreprise.

Les données récentes du recensement montrent qu’il y a environ 32,6 millions d’entreprises aux États-Unis. Il est fort probable que vous deviez vous familiariser avec le droit des fusions et acquisitions au fur et à mesure de la croissance et de l’évolution de votre entreprise.

Les fondements et les aspects juridiques des fusions et acquisitions

Le droit des fusions et acquisitions (F&A) fait référence à la consolidation juridique de deux ou plusieurs entreprises ou actifs.

Les termes “fusion” et “acquisition” sont souvent utilisés de manière interchangeable, mais ils sont légèrement différents.

Lors d’une fusion, deux sociétés ou entreprises s’associent l’une à l’autre. Elles deviennent une entité juridique entièrement nouvelle tandis que les deux plus petites cessent d’exister. La nouvelle entité se dote d’une nouvelle raison sociale et d’une nouvelle image.

Lors d’une acquisition, une entreprise en achète une autre purement et simplement. L’entité achetée est absorbée par la société de l’acheteur et n’existe plus. Toutefois, l’acheteur continue d’exister en tant qu’entité plus grande et plus puissante parce qu’il a intégré l’autre entreprise.

Comme vous pouvez l’imaginer, cela s’accompagne de nombreuses questions juridiques.

Le fonctionnement des fusions

Il existe plusieurs types de fusions, notamment :

  • les fusions verticales, lorsqu’une entreprise fusionne avec son fournisseur de marchandises
  • les fusions horizontales, lorsque deux entreprises directement concurrentes fusionnent et se partagent les mêmes marchés/lignes de produits
  • les fusions congéniques, lorsque deux entreprises fusionnent parce qu’elles desservent le même marché cible de manière différente (par exemple, une entreprise qui vend exclusivement des téléphones et une autre qui vend exclusivement des accessoires pour téléphones)
  • Conglomération, lorsque deux entreprises qui n’ont aucun point commun fusionnent malgré tout.

De nombreuses fusions ont lieu lorsqu’une entreprise en achète une autre de son plein gré. D’autres se produisent lorsqu’une nouvelle grande entreprise achète les deux entités pour les unir. Ces fusions sont appelées “fusions de consolidation”.

Les bases de l’acquisition

Les acquisitions soulèvent de nombreuses questions juridiques en raison de leur mode de financement. Les entreprises peuvent acheter d’autres entités avec :

  • Liquidités/actifs financiers
  • Reprise de dettes
  • Stocks

Parfois, une combinaison des trois peut fonctionner.

Dans d’autres cas, il s’agit de “fusions inversées”. Une entreprise privée se laisse acheter par une entreprise publique qui ne fournit aucun bien ou service. Le seul impact est que la société privée devient cotée en bourse et fusionne en une nouvelle entité dont les actions sont négociables.

Qui réglemente les aspects juridiques des fusions et acquisitions ?

La législation sur les fusions et acquisitions peut être compliquée, et ce n’est donc pas un secret qu’il existe de nombreux organismes de réglementation qui les supervisent. Le gouvernement fédéral est le premier, tandis que le gouvernement de l’État est le second. Il s’agit d’une double juridiction.

Les responsabilités du gouvernement fédéral sont les suivantes :

  • Identifier et atténuer les risques liés aux investissements
  • Réglementer les transferts de titres
  • Contrôler les questions de concurrence

Le gouvernement de l’État doit :

  • Traiter les acquisitions réalisées par voie de fusion
  • Réglementer les affaires internes de l’entreprise (telles que les obligations fiduciaires de l’entreprise cible)
  • Imposer des lois anti-OPA au niveau de l’État si nécessaire

Les réglementations relatives aux fusions et acquisitions varient d’un État à l’autre. Il est essentiel que vous vous renseigniez sur les directives en vigueur dans votre État.

Vous devez également vous adresser à un professionnel du droit pour déterminer la meilleure marche à suivre pour votre fusion-acquisition. Les avocats connaissent les tenants et les aboutissants du droit des fusions et acquisitions dans votre région et peuvent vous aider à déterminer comment protéger votre entreprise et vos actifs.

Considérations d’entreprise à entreprise

Toutes les entreprises enregistrées sous l’Exchange Act doivent se conformer aux règles américaines en matière d’offres publiques d’achat. Ces règles comportent des exigences détaillées en matière d’information. Elles comportent également de nombreuses exigences procédurales, telles que :

  • Exigences en matière de délais
  • Exigences relatives à la prolongation de l’offre
  • Retrait des droits pour les actionnaires de la société cible

Si votre société n’est pas enregistrée en vertu de la loi sur les bourses de valeurs, vous n’êtes pas tenu de respecter les règles relatives aux offres publiques d’achat. Il en va de même si les détenteurs de titres américains détiennent 10 % ou moins de la catégorie de titres faisant l’objet de l’offre.

Si votre société n’est pas enregistrée en vertu de la loi sur les bourses de valeurs, vous n’êtes pas tenu de respecter les règles relatives aux offres publiques d’achat. Il en va de même si les détenteurs de titres américains détiennent 10 % ou moins de la catégorie de titres faisant l’objet de l’offre.

Les aspects juridiques des fusions et acquisitions

Les fusions-acquisitions étant un vaste domaine juridique qui varie selon les États et les entreprises, il est essentiel de faire appel à un juriste d’entreprise lorsqu’il s’agit de fusions.

Les avocats spécialisés en droit des affaires et en droit commercial s’entretiendront avec les représentants de toutes les entreprises impliquées dans le processus de fusion et d’acquisition. Ces experts peuvent clarifier la manière dont l’entreprise souhaite que le processus de fusion et d’acquisition se déroule, le type de fusion qui pourrait être réalisé ou les méthodes de financement spécifiques pour les acquisitions. Cette démarche permet de préparer toutes les parties concernées à la fusion ou à l’acquisition, afin que personne ne soit pris au dépourvu.

Il peut également être difficile pour les entreprises de trouver les documents nécessaires et de les remplir de manière irréprochable. Toutefois, les avocats d’affaires sont formés aux exigences des fusions et acquisitions.

Il ne se contentera pas de vous dire ce que vous devez déposer et comment vous devez le faire. Il remplira les documents d’une manière rigoureuse et infaillible. Cela signifie qu’aucune des parties ne pourra contester les documents par la suite.

Cela signifie également que toutes les entreprises concernées auront leur mot à dire sur le sort des actions, de l’argent et des investissements. Lorsque tout le monde est sur la même longueur d’onde, le processus de fusion et d’acquisition est beaucoup plus fluide.

Parlez à un avocat expérimenté

Maintenant que vous connaissez les aspects juridiques des fusions et acquisitions, il est temps de vous faire aider par un avocat. L’équipe de Boyer s’engage à aider votre entreprise à faire face à ces changements.

Notre objectif est de contribuer à la sécurité de votre entreprise, de vos employés et de vos biens. Envoyez-nous un message en utilisant notre formulaire de contact en ligne, ou contactez-nous au (407) 574-2573.